SLC/CCC/CSS

Europa Cup - 20/21 octobre 2006 - Steiermark (A)

IFPF
Just Andreas et Xyra von Grottenstein

IFPF

La commission des chiens courants de la FCI s'est rencontrée à 14 heures. Monsieur Reisinger, vice-président de la FCI, et le chef de chasse du Land ont salué les délégués des pays représentés : France, Italie, Croatie, Autriche, Norvège, Suède, Finlande, Pays-Bas, Belgique, Saint-Marin et Slovénie.

Monsieur Denayer, Belgique, aborde la problématique du Dalmatien et de son appartenance au groupe 6. Il demande que l’on délibère à ce sujet. Monsieur Reisinger lui répond qu’il appartient à la FCI de discuter de la chose. Monsieur Pircher demande au président d’écrire une lettre à la FCI et de lui demander une explication au fait que ce chien qui accompagnait autrefois les carrosses n’est pas classé dans le groupe des chiens d'agrément et de compagnie. Car le pays d’origine du Dalmatien n'a jamais, à l’invitation de la commission, apporté la preuve que le Dalmatien est un chien courant devant appartenir au groupe 6.

A la suite de cette discussion, il est décidé de procéder à une petite modification du règlement des épreuves : les membres de la commission devront présenter préalablement et par écrit leurs propositions.

La prochaine Coupe d’Europe se tiendra le 3 novembre 2007 à Vasa, en Finlande.

Classement des Suisses

5e, 104 points, Xyra-Grottenstein, Jura, à Just Andreas, 7023 Haldenstein GR
non jugé, Elly-Stygwald, Lucernois, à Ruggero Tuena, 7745 Li Curt GR
disqualifié, Gismo-Vion, Jura, à Rausis Raymond, 1920 Martigny VS

Bref rapport concernant les épreuves

A notre arrivée à Heilbrunn, au-delà de Graz, l’état de santé et les papiers des chiens ont été contrôlés. Après le souper, les différents chiens courants, avec les conducteurs, les juges et les guides de chasse ont été présentés, les groupes formés et les terrains de chasse attribués.

Le samedi de bonne heure, tous les groupes se sont rendus sur les différents terrains réservés aux épreuves. Le temps était excellent. Cependant, un peu de brume dans les secteurs encaissés nous a obligés de changer de secteur.

Comme déjà dit, le sol était humide et idéal pour une épreuve de chasse, mais les lièvres ne s’y trouvaient pas en grand nombre. Quand je m’enquis de la situation auprès de notre guide de chasse, ce dernier me répondit qu’il ne connaissait avec certitude qu’un unique lièvre. Le chien engagé, un segugio italiano à poil dur, de Saint-Marin, a lancé ce lièvre après une quête aussi belle qu’efficace et l'a chassé vers le haut, puis vers le bas de la montagne boisée ; si bien que le lièvre a été vu à trois reprises.

Evidemment, il y avait aussi beaucoup de chevreuils dans ces secteurs de chasse. Et si le chien engagé était également créancé sur le chevreuil, le conducteur risquait fort d’être déçu, car il s’agissait d’une épreuve sur lièvre uniquement.

Les résultats obtenus furent conformes à cette situation : sur 17 chiens, 8 ont pu être jugés, 7 ne l’ont pas été et 2 ont été disqualifiés.

A mon avis, le nombre insuffisant d’observateurs a certainement joué un rôle important quant aux résultats obtenus. J’ai relevé la chose lors de la séance des juges et mes observations ont été longuement discutées. Il est inadmissible qu'un conducteur de chien parcoure mille kilomètres ou plus et que, lors de l’épreuve, le lièvre ne soit pas vu et le chien pas classé, faute d'observateurs ! En plus des deux juges et du guide de chasse, il est indispensable d’engager au moins deux observateurs. Ainsi l'épreuve sera impartiale pour chacun.

Sinon, l'organisation était excellente, aussi bien le logement que la nourriture. Et je ne peux que remercier encore une fois mes conducteurs de chien, mes collègues les juges et mes amis autrichiens.

Manfred Pircher, délégué suisse à la FCI pour les chiens courants
(trad. J.-P. Boegli)