SLC/CCC/CSS

Hommage à René Seiler
1929-2011
Membre d'honneur du Club Suisse du Chien Courant

IFPF

A Vallorbe, lors de l'AD de Diana Suisse.

René a quitté ce bas monde et les siens le 28 avril dernier dans sa 83e année. Originaire de Triboltingen dans le canton de Thurgovie et né à Berne, c'est dans le canton de Vaud qu'il fit sa vie et plus précisément à Chexbres et à Chesalles-sur-Oron. Son métier d'architecte lui laissait du temps pour organiser sa vie et s'adonner à sa passion favorite : la chasse aux chiens courants.

René était un authentique amoureux de la nature et nourrissait une passion profonde pour les chiens courants, particulièrement pour le St-Hubert. Il prenait la patente d'abord pour faire chasser ses chiens. Il appelait son dernier compagnon à quatre pattes Monsieur Pierce. Et lorsqu'on lui rendait visite, il fallait faire attention de ne pas s'asseoir dans le fauteuil de Monsieur Pierce, car on s'exposait aux remontrances et de René et du chien.

À part la chasse au chien courant qu'il aimait pratiquer dans le pays d'En-Haut, le Risoux et le Jorat, René chassait aussi le chamois dans la région du Rübli où il faillit rejoindre prématurément St-Hubert. Alors qu'il rejoignait son cabanon de chasse, sa Suzuki dévala un talus et fit plusieurs tonneaux. Revenant à ses esprits en entendant des trompes de chasse, il a cru qu'il était arrivé pour toujours dans les chasses éternelles. Dans le tohu-bohu de la cabriole de son 4x4, une cassette s'était enclenchée.

René a beaucoup payé de sa personne pour soutenir ce qui touche à la chasse où son parfait bilinguisme était très utile. Il a été, entre autres choses et pendant 19 ans (1973-1992), garde-chasse auxiliaire du canton de Vaud et, pendant 6 ans (1983-1989), secrétaire central du Club Suisse du Chien Courant. Il a été élu, avec ses collègues du Comité Central, membre d'honneur.

Fils de banquier, René était un homme issu de la belle bourgeoisie bernoise, réfléchi, courtois, cultivé, aimant la dialectique et appréciant le bel ouvrage. Il aimait par-dessus tout la liberté qui lui a été retirée durant les 2 dernières années de sa vie passées dans un EMS. Et il en a souffert.

À sa fille, son épouse et ses proches va la sympathie de ceux et celles qui l'ont connu. René, là-haut, mets des cassettes de trompes de chasse de côté et veille sur nous.

Ses amis du Club Suisse du Chien Courant
Ses compagnons de chasse