SLC/CCC/CSS

Léon Schaller
1925 - 2014

IFPF

Marcher en forêt avec ses trois Schwytzois, c’est l’image que les chasseurs vadais conserveront de Léon Schaller ; ici, dans la région de Rebeuvelier, avec en arrière-plan le Raimeux.

Léon Schaller est décédé des suites d’un cancer à la fin du mois de mai 2014.

Né en 1925 à Rebeuvelier, il accomplit sa scolarité dans ce village et la termina dans la classe de Georges Rueflin, un instituteur féru de nature et de chasse. Fils d’un garde- forestier et élève d’un enseignant qui sut communiquer à son élève ses passions, très logiquement Léon prit sa première patente de chasse à la fin des années cinquante. En 1958, il acquit sa première chienne schwytzoise, Arlette des Golats, auprès de son ancien maître d’école et entra au Club Suisse du Chien Courant en 1961, club dont Georges Rueflin était alors le secrétaire.

A la recherche d’un chien courant schwytzois pour ma première saison de chasse en 1964, mon collègue de chasse Georges Rueflin m’avait proposé de m’intéresser à la portée d’Arlette des Golats. C’est ainsi que j’acquis Tambelle du Noirbois et que Léon et moi avons sympathisé. J’ai immédiatement apprécié son caractère trempé, sa sensibilité, ses dons de conteur, et par-dessus tout, son sens de l’accueil à Courtételle où il habita après son mariage avec Marie Charmillot, ressortissante de ce village.

Ce fut donc, en 1961, le début de l’élevage de courants schwytzois sous l’affixe du Noirbois. Son activité d’éleveur et sa passion pour la chasse incitèrent Léon à se former comme juge aux épreuves de chasse pour chiens courants suisses et juge pour chiens de rouge. Au bénéfice d’une santé solide, il a arpenté jusqu’à un âge avancé ses territoires de chasse préférés : Le Mont, Raimeux, Montaigu, Grande Schönenberg, et j’en passe ; mais aussi le Mitteland bernois, avant 1979, lorsque le chevreuil était peu abondant dans le Jura, ou encore l’Ajoie, il y a quelques années, lorsque ce même chevreuil se fit plus discret dans la Vallée.

C’est donc tout naturellement que Léon s’engagea dans les différentes activités du Club Suisse du Chien Courant, plus particulièrement dans celles du groupe Jura. Avec beaucoup de gratitude envers lui, je me remémore notre collaboration dans l’organisation des premières expositions du club et la représentation du groupe, en compagnie de son compère Alfred Maeder, aux assemblées des délégués. Une collaboration - riche de rencontres et d’expériences ! - qui nous conduisit dans presque tous les cantons suisses et parfois en France.

Les chasseurs de la Diana de Delémont perdent aujourd’hui en Léon Schaller un membre fidèle. Cette amitié cynégétique exemplaire, il s’appliqua à la partager avec tous les chasseurs lors des assemblées ou des traques, ou encore en toute simplicité pendant la chasse.

Les membres du groupe Nord-Ouest Suisse du Club Suisse du Chien Courant rendent hommage à un éleveur compétent et à un juge de travail consciencieux, aux avis constamment empreints de pertinence et d’à-propos.

Que ceux qui l’ont connu et qui lui étaient attachés s’appliquent à faire vivre son souvenir dans leur action cynégétique et cynologique. Un souvenir qui vous invite à ne pas regarder en arrière, à oublier vos limites ou vos erreurs, pour vous permettre de vous ressourcer et de vous épanouir dans la nature.

A la famille de Léon, je dis : demeurez sereins, comme Léon l’était lorsqu’il évoquait devant ses amis les différentes facettes de ce qu’avait été son existance.

Salut, Léon.

Jean-Pierre Boegli